S'engager pour la Santé des jeunes
Menu

Juin 2019

Mineurs et alcool, quand les vendeurs ne jouent pas le jeu

Au travers d’une récente enquête, le magazine 60 millions de consommateurs met en évidence un certain non-respect de l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs au sein de la grande distribution.

L’enquête, réalisée au sein de 111 grandes-surfaces, s’est faite grâce à la participation d’une vingtaine d’adolescents âgés de 14 à 16 ans. Ceux-ci ont tenté d’acheter de l’alcool (bières et vodka) dans plusieurs magasins de France. Cette problématique, observée dans 60% des tests, s’étend à priori sur l’ensemble du territoire. Par ailleurs, le magazine précise qu’« il n’y a aucune enseigne dont on peut dire qu’elle respecte un peu plus cette interdiction de vente ». L’irrespect de l’interdiction est par ailleurs davantage marqué lors de l’achat de bière (69%) par rapport aux achats d’alcool fort de type vodka (47%).

Notre avis

Cette enquête révèle la permissivité de la grande distribution vis-à-vis de l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs. Il est étonnant de constater que 10 ans après l’introduction de cette loi, la règlementation n’est pas respectée dans un nombre important de cas.

Pourtant cet « interdit protecteur » est un moyen de protéger les jeunes vis-à-vis de la dépendance : une consommation d’autant plus précoce augmente ainsi les risques de développer une dépendance à l’âge adulte. C’est dans cet objectif de santé publique que l’Etat français a ainsi mis en place, au travers de la loi Evin et HPST, plusieurs règlementations permettant de protéger les jeunes des problématiques liées à la consommation d’alcool. Les multiples observations montrent toutefois que certaines de ces règlementations ne sont pas respectées par les alcooliers et ceux qui le distribuent. Curieusement, la loi HPST, celle-là même qui a introduit l’interdiction de la vente d’alcool aux mineurs, a également augmenté l’exposition des jeunes au marketing en autorisant celui-ci (sous certaines conditions) sur le net. Cette exposition s’en voit par ailleurs renforcée par le contournement de la loi par les alcooliers : une récente étude a montré l’inefficacité de la loi Evin pour protéger les mineurs de l’exposition au marketing. L’affichage dans la rue, dans les supermarchés et le marketing online sont ainsi les 3 plus importantes sources d’exposition chez les jeunes.

Ce contexte relativement permissif en matière de marketing alcool et son contournement manifeste a ainsi un impact sur les représentations et les niveaux de consommations du produit chez les jeunes : la recherche a en effet fait le lien entre exposition précoce à la publicité alcool et expérimentation d’autant plus précoce et un usage globalement plus élevé du produit. Cette exposition pourrait également améliorer la perception sociale du produit. L’enquête ARAMIS note ainsi que parmi les adolescents, l’alcool reste encore associé à la fête, le bien-être, l’insouciance, la convivialité et la détente.

L’enquête ESCACAD 2017 a par ailleurs montré que  (parmi les adolescents qui avaient bu au moins  une boisson alcoolisée durant le mois précédent l’enquête) les consommations se font dans 38% des cas dans les bars et les discothèques. Ce contexte de consommation est certes plus faible qu’en 2005 (51%), mais cette baisse paraît toutefois faible au regard de l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs portée il y maintenant 10 ans. Nos observations effectuées dans les bars nous font également penser que l’obligation récente (2016) de demande de la carte d’identité lors d’une vente n’est pas encore respectée.

Comme le précise le dernier plan MILDECA, la faible application de la loi encadrant la vente d’alcool explique la facilité d’accès au produit, notamment pour la bière. C’est dans ce contexte que l’Etat travaille, par l’intermédiaire de ce plan, à faire respecter l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs. Très récemment, la grande distribution s’est engagée auprès de la MILDECA en signant une « charte d’engagement responsable » relative à la vente d’alcool. S’il est noté dans celle-ci un axe de travail porté sur le renforcement de l’interdit protecteur de vente d’alcool aux mineurs, nous notons qu’aucun travail n’est prévu par les distributeurs pour faire baisser le marketing au sein des points de ventes, pourtant première source d’exposition des jeunes.

La charte, aussi récente soit-elle, peut être un moyen d’améliorer l’application de la loi. Il serait néanmoins intéressant que cette observation se réitère régulièrement pour voir une potentielle évolution. L’observation pourrait également porter sur les autres moyens de diffusion du produit (vente dans les bars et à emporter), ainsi que sur les autres règlementations encadrant la vente d’alcool.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Flash ADdict N°7

Flash ADdict n°7Le vin en canette fera-t-il "pshitt" chez les jeunes?    Le vin, produit très apprécié et consommé abondamment par les français (1) , est reconnu depuis 2011 par l’UNESCO (2) comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité. Au cœur de cette...

Meilleurs vœux !

Meilleurs voeuxHello 2022 !Belle année 2022, toujours sous le signe de la prévention et de la santé ! D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Dry January – Défi de Janvier

Dry January - Défi de JanvierLe Dry January - Défi de janvier fait son grand retour !Mais qu’est-ce que c’est exactement ? L’idée est née en 2013 au Royaume-Uni puis en 2019 en France avec la participation d'Avenir Santé depuis sa création. Le Dry January est une...

Job Alert : CDI à Marseille

CDI à MarseilleC'est Marseille bébé!L'équipe marseillaise recherche sa perle rare ! L'antenne PACA recrute un.e animateur.trice prévention en CDI. Si vous êtes à l'aise avec le public jeune et étudiant, la prévention et la réduction des risques et aimez...

Flash Addict n°6

Flash ADdict n°6L’œnotourisme, plus que du tourisme : de la publicité !La filière viticole “Les Vins de Provence”, composée de trois appellations, de nombreux vignobles et de plusieurs centaines de producteurs, produit 31% des vins rosés français.  Véritable empire...

JOB ALERT : CDI francilien

CDI francilienIl est temps d'entrer en Seine !Telle une tour Eiffel illuminant la capitale, l'équipe francilienne cherche un ou une nouveau.velle membre lumineux.se et pétillant.e ! Habituellement constituée de 4 membres, l'antenne Île-de-France recrute pour un poste...

Prix MTS 21 : Les résultats

Prix MTS 21 : Les résultatsAnd the winners are...La remise des Prix Monte ta soirée 2021 a eu lieu mardi dernier et avec elle son lot de nouveaux lauréats récompensés ! Merci à toutes les personnes présentes (partenaires, organisateurs, membres du jury, salarié.e.s,...

Flash Addict n°5

Flash addict N°5« Gaz hilarant » : Pas si drôle que ça ?Utiliser son siphon de chantilly et inhaler du protoxyde d’azote dans un ballon pour avoir un fou rire, vous connaissez ? Ce phénomène, au départ pratiqué dans les soirées d’étudiants en médecine, s’est développé...

Flash Addict n°4

Fash addict n°4Les alcooliers nous font marcher… et même courir !Début de soirée, après une journée de travail, vous vous laissez tomber sur le canapé, smartphone à la main. Vous parcourez votre fil d’actualité Facebook ou Instagram selon vos préférences et une...

Partager cet article