S'engager pour la Santé des jeunes
Menu

Juillet 2019

Opération Get Fresh

En ce début d’été, Get 27 a édité plusieurs opérations de street marketing. A Paris, la marque a pris possession d’une rue en recouvrant intégralement de peinture verte les bâtiments des murs qui la composent.

La peinture utilisée est « une barrière thermique de haute performance utilisant la technologie céramique pour empêcher les transferts de chaleur et de froid qui se présente sous forme d’un revêtement liquide doté de nombreuses propriétés.» La peinture se veut également « eco-friendly » et a nécessité 17 autorisations administratives pour être appliquée sur les pavés et les murs de la rue.

Pendant l’opération, 3 bars de la rue étaient partenaires de l’évènement et proposaient des « cocktails frais et une expérience so fresh ».

L’expérience Get Fresh cible également d’autres endroits à travers la France puisque la marque se déplacera entre autres sur les quais de Seine pour « distribuer des milliers de glaçons, afin de prolonger l’apéro et laisser ainsi le temps à la dégustation. »

Notre avis

Le street marketing semble être une méthode appréciée des alcooliers. L’année dernière, Jean-Michel Modération, sous l’égide de Get 27, arpentait déjà les festivals pour répandre son conseil « avec modération ». D’autres marques organisent des évènements éphémères en utilisant des lieux privés afin de présenter leurs produits, ensuite relayés par les consommateurs sur les réseaux sociaux : nous parlions récemment de 1664, mais Grimbergen organisait un évènement similaire, dans une ambiance en cohérence avec les codes véhiculés par la marque. La caravane Ricard quant à elle, s’est arrêté dans plusieurs villes française pour promouvoir le célèbre produit de la marque.

Comme souvent avec le marketing alcool, certains éléments nous posent questions vis-à-vis du respect de la règlementation. Dans le cas de l’opération « Get fresh » et sa rue entièrement repeinte, le maire du XIIIe arrondissement, Jérôme Coumet, estime dans les colonnes du Parisien « qu’il y a des limites. Les cafés font ce qu’ils veulent dans les établissements, mais sur la voie publique et sous couvert d’une opération un peu écolo, c’est se moquer du monde. C’est aussi limite au regard de la loi Evin ! » L’élu a donc contrait « les organisateurs à réduire la voilure : après une demande d’interruption immédiate de cette manifestation, les organisateurs ont renoncé à tourner une publicité sur le lieu, mais ont maintenu le décor qui doit rester en place jusqu’à dimanche. »

Nous louons bien-sûr le bon sens et la véracité des dires de l’élu, qui ne manque pas de souligner le fait que l’opération pose question vis-à-vis du respect du code de la santé publique, mais aussi celui de l’environnement concernant la publicité. Le recouvrement entier d’une rue avec de la peinture aux couleurs de la marque, peut-il être considéré comme de la publicité normale ? A noter que cette forme de communication peut être considérée comme de la publicité indirecte pour de l’alcool.

La bonne initiative de l’élu est à noter, mais nous pouvons également pointer du doigt le fait que cette opération a été validée par 17 autorisations administratives avant d’être « inquiétée » par un élu sensible à ces questions. Que ce serait-il passé sans son intervention ? Sans doute rien. Par ailleurs, celle-ci n’a toutefois pas empêché la marque de laisser sa communication.

Les alcooliers continuent à pratiquer leurs opérations de street-marketing, toujours à la frontière ou au-delà de la règlementation autorisée. Comme toujours, ils testent les limites ou les contournent, un état d’esprit bien loin de l’autorégulation qu’ils déclarent pratiquer

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Fermeture annuelle

Fermeture anuellePour cause de besoin de sieste imminentÇa y est le moment est arrivé de vous quitter pour notre fermeture estivale ! Comme on a bien travaillé ces derniers temps, on ne vous cache pas qu'on les mérite fortement ces vacances ! Plage grouillante de...

Recrutement estival !

Recrutement estival !Ca bouge en Pays de la Loire !Dans le cadre du programme Tabado financé par l'INCa, l'antenne Pays de la Loire d'Avenir Santé recherche trois nouveaux salariés (postes basés à Angers). Tabado est un programme national visant à développer une offre...

Flash alcoolator – Juin 2019

Juin 2019Mineurs et alcool, quand les vendeurs ne jouent pas le jeuAu travers d’une récente enquête, le magazine 60 millions de consommateurs met en évidence un certain non-respect de l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs au sein de la grande distribution....

Flash Alcoolator – Mai 2019

Mai 2019Atelier 1664, quand la bière veut se « branchiser »« Bâti autour du savoir-faire des maîtres brasseurs de 1664 et du caractère français de leurs bières, l'atelier 1664 est un lieu éphémère dans un hôtel particulier en plein Paris. Un lieu pour redécouvrir les...

Gossip Time : Renaud !

Gossip Time : Renaud !20 ans de confidences & anecdotes du directeur (et créateur)Enfin ! Vous l'attendiez avec impatience et il est là dans son pull orange respectant parfaitement la charte graphique de l'association... Pour presque conclure ces joyeuses semaines...

Flash Alcoolator – mars 2019

Mars 2019Les Barathons : des bars fixes aux bars parallèles !Le « Barathon » est un « circuit » composé de plusieurs bars (parfois au nombre de 30) où le (jeune) consommateur bénéficie, sous condition d’inscription, de réductions et/ou de consommations offertes dans...

Partager cet article