S'engager pour la Santé des jeunes
Menu

Décembre 2019

Nous, les « parasites »…

« Censeurs », « Hygiénistes », « parasites »… ces termes d’une rare virulence, voire nauséabonds, nous sont destinés, à nous les associations engagées dans le janvier sec. Ils sont issus de la très « noble » et « prestigieuse » « Revue du Vin de France ». Une revue qui a ses « chiens », comme les appelait François Mitterrand : des journalistes morgueux qu’on lâche de temps en temps pour régler le compte à en général plus faible que soit…

La filière viticole dévoile son côté obscur et tout y passe.

D’abord nos missions de service public financées, comme il se doit, par des subventions, elles aussi publiques… Selon le journaliste, nous n’en ferions rien de cet argent, sinon le gaspiller en salaires, postes et dépenses totalement superflues… Ah, la vieille opposition public, privé, ritournelle anachronique qui n’a plus lieu d’être… sommes-nous choqués quand, pour de bonnes raisons, des financements publics, qu’ils soient européens ou nationaux, soutiennent des agriculteurs en difficulté ? Non… et bien Monsieur Saverot (le nom du journaliste), ne le soyez pas quand l’Etat apporte son soutien à l’Anpaa qui, dans ses centres de soins, accompagne des citoyens, eux-aussi en difficulté, mais avec l’alcool !

Ensuite, en nous affublant d’une posture caricaturale à dessein : nous ne jurerions que par les interdits, les discours de mort, de peur… propos tellement excessifs qu’ils en deviennent insignifiants (expression que l’on prête à Talleyrand, grand amateur de vin s’il en fut)… Ce journaliste a-t-il compris l’état d’esprit du Dry January ? Une initiative sur la base du volontariat, incitant les français à réfléchir sur leur rapport à l’alcool, dans une logique positive, celle d’améliorer son état de santé, à court ou moyen terme… Nous sommes bien loin des valeurs terrorisantes et autoritaristes auxquelles on veut bien nous associer.

Evidemment, dans cet article, nous avons droit au sempiternel discours de relativisation des conséquences de la consommation d’alcool et de vin (nous serions, nous, dans la théorie de la gravité, les défenseurs du vin, se situent, à coup sûr, dans celle de la relativité) : des buveurs de vin centenaires (ce qui en effet est une réalité), une petite frange de la population dépendante, pour des raisons génétiques, et même un Professeur (médecin, mais surtout viticulteur) qui préconise des consultations pour le « bien boire » dans les hôpitaux (sans doute ce médecin y proposera-t-il les dégustations, en avant-première, de ses derniers crus)… Osons-nous redonner les chiffres nationaux ? L’OMS (tiens, encore un organisme public d’intérêt général, donc inutile) parle de millions de français connaissant des « problèmes médicaux, difficultés psychologiques ou sociales liés à une consommation d’alcool ». Nous ne nierons pas plus le centenaire qui boit ses verres de vin quotidiens que ceux, plombés par cette consommation, qui ne s’en sortiront pas…

Mais ce discours prend des accents violents quand est évoquée notre suppression : Anpaa, OFDT, fonds addictions, éradiquons-les ! Et puis, tant qu’on y est, le Ministère de la santé (trop hygiéniste), celui de l’Economie et des finances (trop taxant), de l’Ecologie (trop emmerdant) ! Jamais nous ne voudrions la disparition de cette France Viticole, qui a toute sa raison d’être, que l’on se place du point de vue de la vie des territoires, de celui de l’économie ou bien encore de la perpétuation d’un savoir-vivre à la française. Un patrimoine national qui ne doit faire l’impasse sur des préoccupations de santé des populations, l’essence même de notre engagement.

Le journaliste évoque Dumas, Baudelaire ou Rabelais en fin d’article ! Nous lui donnerons, sur ce point, raison : tous, autour de leur Poésie, auront su rassembler les français, les élever, les faire rêver… mais pas les diviser ou les insulter.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Flash Alcoolator : mars 2020

Mars 2020Solidarité des alcooliersEn lien avec la crise sanitaire, plusieurs producteurs d’alcool engagent des démarches pour soutenir la lutte contre le coronavirus. Celles-ci sont variées mais s’orientent généralement autour de la production de gel hydro-alcoolique...

Gossip Time : Thaïs !

Gossip Time : Thaïs !Départ pour le sud sans bouger de chez soi !Comme tout le monde vous êtes coincés chez vous et tournez en rond dans votre appartement ?! Pas de panique on a la solution ! Elle est montpelliéraine, chaleureuse et animatrice, on vous présente Thaïs...

Coronavirus : activité réduite

Coronavirus : activité réduiteSalariés en télétravail - interventions suspenduesComme tous les français, l'équipe de l'association voit son quotidien boulversé par le coronavirus. Et comme tous les français, nous nous sommes aussi adaptés. Bien que nos équipes ne se...

Flash Alcoolator : février 2020

Février 2020Vraiment neutre ?Nous en parlions il y a quelque temps, la bière 8.6 réinvente sa stratégie de communication : celle-ci utilise dorénavant le loup comme emblème, symbole « de force, de liberté et de l’esprit de meute ». La marque utilise des codes...

Gossip Time : Orianne et Rachel

Gossip Time : Orianne et Rachel !Nos Parisiennes aux sourires démentiels ! Le Gossip Time reprend la route des régions direction la Capitale à la rencontre de nos animatrices prévention Orianne Lerouge & Rachel Vigne ! Dotées de talents cachés pour les chutes en...

Gossip Time : Sarah

Gossip Time : Sarah !Sortez les lunettes de soleil, lumière marseillaise en cours d'interview !On embarque pour le soleil, quelque part entre la Martinique et les calanques ! Pas le temps de profiter d'une dose de vitamine D, nous vous présentons Sarah Pierre-Louis,...

Partager cet article