S'engager pour la Santé des jeunes
Menu

Étudiants & intégration :

Un guide et une charte

Pour une intégration responsable des étudiants !

On en parle beaucoup en ce moment dans les médias, avec des drames lors de week-ends d’intégration ou des actes d’humiliation à l’encontre de jeunes étudiant(e)s.

Ces faits, que cela soit dans le cadre d’un bizutage qui ne porterait pas son nom ou lors d’événements festifs, amènent des jeunes à subir ou à commettre des actes humiliants/dégradants ou à consommer de l’alcool de manière excessive. Ils sont bien sûr réprimés par la loi, leurs auteurs risquant de lourdes peines : six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende (Article 225-16-1 du Code pénal).

Aujourd’hui, pour lutter contre ces phénomènes violents, le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche diffuse un guide pour accompagner les étudiants dans leurs événements festifs d’intégration.  On trouve, par exemple, à l’intérieur des petits rappels qui ne font de mal à personne sur les conséquences de l’alcool :

« à forte dose, l’alcool entraîne un remodelage des connections entre les neurones qui permet au cerveau de s’adapter à cette consommation, d’en amoindrir les effets et crée un appel à la consommation. »

Bien entendu, il y a aussi des conseils d’organisation de soirées :

« Le stock d’alcool acheté pour la soirée ne doit pas excéder 4 verres standards par personne, pour limiter les risques d’alcoolisations ponctuelles importantes ».

De nombreux bons réflexes à développer pour que l’intégration devienne bienveillante et propice à la réussite et non un rite de passage dégradant et traumatisant 😉

L’association Avenir Santé, qui a été associée au travail de rédaction du guide, s’engage depuis de nombreuses années auprès des organisateurs d’événements festifs (étudiants) via le projet monte ta soirée qui :

  • Informe les associations étudiantes (et les autres) des lois en vigueur et donne de nombreux conseils pratiques.
  • Forme les bureaux des étudiants ou toute structure qui le souhaite sur l’organisation responsable de temps festifs.
  • Récompense financièrement ceux qui se sont engagés pour la santé de leurs publics !

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Flash Addict n°5

Flash addict N°5« Gaz hilarant » : Pas si drôle que ça ?Utiliser son siphon de chantilly et inhaler du protoxyde d’azote dans un ballon pour avoir un fou rire, vous connaissez ? Ce phénomène, au départ pratiqué dans les soirées d’étudiants en médecine, s’est développé...

Flash Addict n°4

Fash addict n°4Les alcooliers nous font marcher… et même courir !Début de soirée, après une journée de travail, vous vous laissez tomber sur le canapé, smartphone à la main. Vous parcourez votre fil d’actualité Facebook ou Instagram selon vos préférences et une...

Flash Addict n°3

Flash Addict n°3“Si vous ne fumez pas, ne commencez pas. Si vous fumez, arrêtez. Si vous n’arrêtez pas, changez” Merci Philip Morris pour ce slogan ! Vous rentrez dans un bureau de tabac et vous vous présentez au comptoir, un collégien attend derrière vous pour payer...

JOB ALERT : CDI francilien

CDI à Paris | Intervenant.e en préventionLa fête est de retour, les interventions aussi !Parce que la fête va reprendre de plus belle un peu partout en France et en particulier en Île-de-France où la culture festivalière est très ancrée, nous recherchons notre...

Flash Addict n°2

Numéro 2Cash-cash des alcooliersIl y a quelques semaines paraissait le reportage de cash investigation :“Alcool : les stratégies pour nous faire boire”. Le magazine d'investigation, dont le titre est évocateur, revenait sur certaines de ces stratégies, d’abord celles...

Flash Addict n°1

Numéro 1 Saint-Valentin, qu’importe le flacon…Les liens entre certains contextes et l’alcool sont bien ancrés : la Saint-Valentin ne déroge pas à la règle et est instrumentalisée dans le discours de nos chers alcooliers. Nous revenons ici sur l’éventail d’émotions et...

Flash Alcoolator : décembre 2020

Décembre 2020Le cheval de Troie des alcooliers ! Le Dry January, ou « défi de janvier » s’installe dans le paysage français de la prévention, même si cette année, sans doute en raison de l’omniprésence de la crise sanitaire, l’opération semble moins connue des...

Partager cet article