S'engager pour la Santé des jeunes
Menu

Novembre 2018

Instagram d’alcool !

Ils et elles sont jeunes et s’adressent sur ce réseau social à leurs pairs pour promouvoir des boissons alcoolisées !

L’influenceuse @mayadorable (197.000 abonnés), 17 ans, entourée de ses amis youtubeurs, pose une bouteille de Cubanisto à la main (il s’agit ici d’un partenariat rémunéré avec la marque). 17ans était également l’âge de Raphael @raphlefriant (111.000 abonnés) pour sa photo, la même bouteille en main.

Camille aka @noholita (681.000 abonnés), 27 ans, est très suggestive au bord d’une piscine lors du festival Calvi on the rocks, un verre à l’effigie de Havana Club en main. Ici, le partenariat n’est pas clairement défini mais la marque est mise en avant dans la description.

Ou encore Laure, @style_tonic (20 ans), 468.000 abonnés, « se contentant » d’une photo générique mettant en avant une bouteille et un verre de Malibu. Notons que dans ce cas, certaines mentions apparaissent : « Partenariat rémunéré avec malibu_fr », « #partenariat » et « A consommer avec modération ».

Notre avis :

Nous comparons régulièrement les stratégies de communication des cigarettiers et des alcooliers tant elles sont proches en direction de ceux qu’ils considèrent comme LA « cible » prioritaire : les jeunes.

Ce rapprochement est une fois de plus pertinent sur Instagram, réseau le plus plébiscité par les 16-24 ans.

Ainsi, une longue enquête du New-York Times le révélait récemment : de jeunes adultes influenceurs sont, sur ce réseau social, grassement payés par les géants du tabac pour poser « la clope au bec » ou un paquet de cigarettes à la main. La portée totale de ces campagnes aurait atteint 25 milliards de vues dans le monde !

En France, ne s’agit-il pas de la même stratégie pour les géants de… l’alcool ? Les grandes marques s’associent aux (jeunes) influenceurs pour « draguer » des communautés qu’ils ont du mal à atteindre par d’autres moyens de communication. Et cela marche, sur la base de deux principes évidents :

  • L’un quantitatif : ces influenceurs/promoteurs de marques ont des audiences importantes (des centaines de milliers de followers/suiveurs), n’hésitant pas elles-mêmes à relayer les informations. L’impact initial et leurs ricochets (les partages) atteignent des niveaux de diffusion étonnants !
  • L’autre qualitatif : les influenceurs ont un pouvoir de persuasion fort, ils ont noué une relation particulière, privilégiée avec leurs nombreux followers à qui ils inspirent confiance, plaisent, sont des sortes de modèles, d’amis… Ainsi leurs actions de promotion paraissent plus authentiques et honnêtes car ils ne pourraient pas leur recommander personnellement un mauvais produit (et si c’était le cas, cela finirait par nuire à leur réputation) !

Si économiquement et en communication l’affaire est « tout bénef », de nombreuses questions se posent, en termes de respect de la loi et de santé publique.

  • Qu’en est-il d’influenceurs de 17ans, aux communautés très jeunes, valorisant des marques d’alcool plaisant aux jeunes (Cubanisto, Malibu…) ? Rappelons que la loi interdit, entre autres, toute publicité alcool figurant sur des supports numériques principalement destinés à la jeunesse.
  • Qu’en est-il d’influenceurs qui renvoient des images bien éloignées de ce que la loi Evin autorise (c’est-à-dire des publicités neutres, objectives, relatives à la nature du produit ou à son origine) ? Une jeune femme en maillot de bain, un verre d’alcool en main, semble être bien loin de ces critères…
  • Qu’en est-il des mentions légales devant figurer sur ce type de support ? (Notons que « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé » est étrangement remplacé par « A consommer avec modération »).

Nous l’avions prévu lors de la promulgation de la loi HPST : une déferlante de publicités alcool ultra ciblées allait s’abattre, via internet et les réseaux sociaux, sur les jeunes générations. « Oiseaux de mauvaise augure ! » nous avaient dit certains… Nous avions pourtant raison et ce, pour une seule raison : nous connaissons bien les alcooliers, leurs arrière-pensées, leur redoutable intelligence dans l’usage du marketing numérique et dans l’art de jouer avec la loi.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Flash Addict n°5

Flash addict N°5« Gaz hilarant » : Pas si drôle que ça ?Utiliser son siphon de chantilly et inhaler du protoxyde d’azote dans un ballon pour avoir un fou rire, vous connaissez ? Ce phénomène, au départ pratiqué dans les soirées d’étudiants en médecine, s’est développé...

Flash Addict n°4

Fash addict n°4Les alcooliers nous font marcher… et même courir !Début de soirée, après une journée de travail, vous vous laissez tomber sur le canapé, smartphone à la main. Vous parcourez votre fil d’actualité Facebook ou Instagram selon vos préférences et une...

Flash Addict n°3

Flash Addict n°3“Si vous ne fumez pas, ne commencez pas. Si vous fumez, arrêtez. Si vous n’arrêtez pas, changez” Merci Philip Morris pour ce slogan ! Vous rentrez dans un bureau de tabac et vous vous présentez au comptoir, un collégien attend derrière vous pour payer...

JOB ALERT : CDI francilien

CDI à Paris | Intervenant.e en préventionLa fête est de retour, les interventions aussi !Parce que la fête va reprendre de plus belle un peu partout en France et en particulier en Île-de-France où la culture festivalière est très ancrée, nous recherchons notre...

Flash Addict n°2

Numéro 2Cash-cash des alcooliersIl y a quelques semaines paraissait le reportage de cash investigation :“Alcool : les stratégies pour nous faire boire”. Le magazine d'investigation, dont le titre est évocateur, revenait sur certaines de ces stratégies, d’abord celles...

Flash Addict n°1

Numéro 1 Saint-Valentin, qu’importe le flacon…Les liens entre certains contextes et l’alcool sont bien ancrés : la Saint-Valentin ne déroge pas à la règle et est instrumentalisée dans le discours de nos chers alcooliers. Nous revenons ici sur l’éventail d’émotions et...

Flash Alcoolator : décembre 2020

Décembre 2020Le cheval de Troie des alcooliers ! Le Dry January, ou « défi de janvier » s’installe dans le paysage français de la prévention, même si cette année, sans doute en raison de l’omniprésence de la crise sanitaire, l’opération semble moins connue des...

Partager cet article